Suites de l’Opération Lyon propre : les nazis s’organisent et se lâchent

Publié le par nidieuxnimaitrenpoitou.over-blog.com


Une nouvelle livraison d’informations hackées à l’extrême-droite radicale lyonnaise révèle une

 

tentative d’union entre des supporters lyonnais et l’ensemble des groupuscules nationalistes radicaux lyonnais voire stéphanois, tandis que le « Gud se retrouve à poil ».

 

http://rebellyon.info/local/cache-vignettes/L200xH200/arton10359-525b9.jpg

Revigoré après quel­ques années de calme, le GUD avait fait une ren­trée en trombe et pré­pa­rait d’arra­che mous­ta­che les élections uni­ver­si­tai­res

 

à venir ce prin­temps à Paris et à Lyon. Mais pas de bol, ven­dredi 27 jan­vier, des Anonymous lyon­nais hackent le compte mail de Steven Bissuel, le boss du GUD à Lyon. Ce qui leur permet de s’empa­rer du compte Twitter du GUD Lyon, de hacker le site du Gud

(qui ren­voie désor­mais vers le site du mou­ve­ment

anti­fas­ciste Reflexes) et de publier échanges de mails, contacts per­son­nels et…des compte rendus de réu­nion inter­nes aux dif­fé­ren­tes sec­tion du GUD à Lyon et à Paris.

Au-delà des éléments sou­li­gnés par StreetPress, on peut lire dans les comp­tes-rendus du Gud pari­siens révé­lés par le hack des Anonymous, la men­tion « Un bon gau­chiste est un gau­chiste à l’hôpi­tal ». Voilà qui a le mérite d’être clair.

Mais plus inté­res­sant encore, une nou­velle livrai­son de « leaks » sur le site hacké par les ano­ny­mous pré­cise des infor­ma­tions sur une éventuelle « unité gau­loise » ras­sem­blant les mem­bres de Lyon Dissident (ex-équipe du Bunker Korps de Gerland), de Troisième Voie, du Gud Lyon, d’Europe Identité (issu de Terre et Peuple) et des Jeunesses Nationalistes. Mais aussi des nazis sté­pha­nois et des sup­por­ters lyon­nais. Et sur Facebook, les nazis pren­nent moins de gants que devant les camé­ras de France 3. Alors que l’un de leurs soucis est, comme les Identitaires, de noyer le pois­son sur leurs opi­nions poli­ti­ques réel­les der­rière un laïus pitoya­ble les pré­sen­tant comme « res­pec­ta­bles » voire « authen­ti­que­ment socia­lis­tes », et sur­tout pas racis­tes (Gabriac au jour­na­liste de France 3), sur Facebook le vernis craque sévère :

Par « NS », dans la bouche de Steven Bissuel, petit leader du Gud Lyon, il faut bien sûr enten­dre « natio­nal-socia­liste », nazi quoi.

Cette « unité gau­loise » consiste notam­ment dans la mise en commun des locaux de Terre et Peuple, situé au 58 cours Tolstoï à Villeurbanne, et celui de l’Œuvre Française et des Jeunesses Nationalistes à la Guillotière.

On apprend même que le QG de la Guillotière porte un surnom, « La Maison Bleue » et sert donc de lieu de réu­nion à tout ce petit monde, qui s’y est retrouvé samedi 28 jan­vier au matin :

Peut-être par­ta­ge­ront-ils également leurs bonnes adres­ses, comme celle du bar des 3 fleu­ves situé der­rière Perrache, au 10 rue Claudius Collonge, qui a accueilli le concert du groupe Match Retour le 14 jan­vier der­nier après la manif’ des Jeunesses Nationalistes. Ce nom de groupe ne vous dit pro­ba­ble­ment rien, mais c’est celui dont Renaud Mannheim, fon­da­teur du Bunker Korps et du groupe lyon­nais de 3e Voie, est le leader.

C’est le docu­men­taire de France 3 qui nous confirme cette infor­ma­tion, malgré le flou­tage du nom sur la devan­ture, notam­ment durant l’inter­view de Serge « Batskin » Ayoub devant ce bar.

Une petite véri­fi­ca­tion sur Google Maps, et voilà :

Les rive­rain-e-s s’étaient cer­tai­ne­ment deman­dées ce qu’il se pas­sait ce soir-là près de chez eux…

Et bien un concert authen­ti­que­ment nazi ! La caméra de France 3 a réussi à péné­trer quel­ques secondes sur invi­ta­tion de Serge Ayoub. Manque de pot, un gars se met à faire le salut nazi au fond de la salle, un salut que Renaud Mannheim a tou­jours appré­cié dans son local du Bunker Korps. Le pro­prié­taire du bar, sans même avoir vu ce salut nazi et sou­hai­tant appa­rem­ment garder une cer­taine confi­den­tia­lité sur la nature de cette soirée, éjecte alors illico les jour­na­lis­tes.

Le lieu du concert de ce soir-là n’était sans doute pas un hasard. C’était également le lieu de rendez-vous de la manif « contre la casse » de l’extrême-droite radi­cale lyon­naise en octo­bre 2010 (orga­ni­sée en grande partie par « Malko », proche de Mannheim, en taule depuis pour l’agres­sion d’un couple à Villeurbanne). Par ailleurs, il sert régu­liè­re­ment de point de départ pour les sup­por­ters lyon­nais les plus fafs des « Indépendants » lors des matchs à l’exté­rieur. Les « Indépendants », vivier de recru­te­ment des néo-nazis lyon­nais (même si tous ne le sont pas), s’étaient signa­lés en sep­tem­bre der­nier par une vidéo d’ins­pi­ra­tion clai­re­ment faf.

Une proxi­mité idéo­lo­gi­que de cer­tains sup­por­ters de l’OL à mettre en rela­tion avec la nou­velle inter­pel­la­tion de six « ultras lyon­nais » pour des tags racis­tes et anti­sé­mi­tes.

Six mem­bres de « Mezza Lyon », un grou­pus­cule de sup­por­teurs de l’OL proche de l’extrême-droite, ont été inter­pel­lés cette semaine par la police sté­pha­noise. Ils sont inter­dits de stade jusqu’à leur juge­ment.
Ils sont soup­çon­nés de dégra­da­tions sur plu­sieurs véhi­cu­les appar­te­nant à des Magic Fans, groupe de sup­por­teurs des Verts, lors du match ASSE-OL du 26 octo­bre der­nier à Geoffroy-Guichard. Plus grave : ils auraient aussi, un mois plus tard, tagué le local de leur asso­cia­tion avec des ins­crip­tions racis­tes et anti­sé­mis­tes. Sur les six sus­pects, âgés d’une ving­taine d’années, cinq sont déjà connus pour des infrac­tions com­mi­ses dans une enceinte spor­tive (fumi­gè­nes ou vio­len­ces).

Certains sup­por­ters sont d’ailleurs conviés à la réu­nion du 28 :

Mais convier des gens du stade et des sté­pha­nois à la même réu­nion n’est pas sans poser des soucis !

 

 

lu sur rebelyon

Publié dans antifa

Commenter cet article