[MONTREUIL] Le PS demande l’expulsion d’un squat occupé par des sans-papiers

Publié le par nidieuxnimaitrenpoitou.over-blog.com

Montreuil: le conseil général PS demande l’évacuation de 200 squatteurs

Le conseil général socialiste de Seine-Saint-Denis a engagé une procédure judiciaire pour faire évacuer plus de 200 squatteurs, installés depuis le mois d’août sur un stade à Montreuil qui lui appartient, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Une audience devait avoir lieu mardi matin devant le tribunal administratif mais a été reportée à vendredi.

Ces squatteurs, des migrants originaires d’Afrique sub-saharienne, avaient été expulsés fin juillet d’une ancienne usine, à Montreuil, dans laquelle ils vivaient. Un mois après, ils s’étaient installés sur un stade, où ils sont toujours, sous des tentes.

«Dès qu’il y a une occupation illégale, nous enclenchons une procédure d’évacuation», explique l’entourage de Claude Bartolone, président PS du conseil général. «S’il y a un accident, le président est responsable pénalement», ajoute cette source.

«Tentative d’instrumentalisation»

L’association Droit au logement (Dal) demande au conseil général «le retrait de cette procédure d’expulsion digne des politiques sarkozistes»«Cette attaque du conseil général du 93 contre des êtres humains en grande précarité est choquante et scandaleuse, d’autant plus qu’elle émane d’un responsable national du Parti socialiste», écrit le Dal dans un communiqué.

L’entourage de M. Bartolone dénonce «une tentative d’instrumentalisation».«On s’étonne de voir le Dal défendre des bidonvilles et surtout ne pas s’en prendre à l’unique responsable de cette situation: le préfet et l’Etat», dit cette source. «En quoi le conseil général est responsable de cette situation? On se trompe d’adversaire», estime-t-elle.

Le conseil général accuse la ville de Montreuil, dont Dominique Voynet (EELV) est maire, d’avoir «installé les squatteurs sur un terrain du département», ce qu’elle dément.

La ville et le Dal organisent dimanche un concert de soutien, pour «exiger de l’Etat le relogement des expulsés et la régularisation de ceux et celles qui sont sans papier».

Presse bourgeoise – Libération (AFP), 06/12/2011

 

lu sur le chat noir emeutier

Publié dans surveiller et punir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article