Marine Lepen danse avec les nazis

Publié le par nidieuxnimaitrenpoitou.over-blog.com

Ce vendredi soir, Marine Le Pen doit valser dans le bal traditionnel d'une corporation secrète où des négationnistes sont chaque années ovationnés.

REUTERS/Regis Duvignau

Invitée par le FPÖ, le parti autrichien d'extrême-droite, la présidente du FN était à Vienne ce vendredi. Elle a rencontré le leader de cette formation et a participé au bal d'une corporation pangermaniste. 

En peine campagne présidentielle, la présidente du FN a répondu à une invitation du FPÖ, le parti autrichien d'extrême-droite. Ce vendredi, Marine Le Pen a rencontré Martin Graf, la personnalité d'extrême-droite qui occupe actuellement les plus hautes fonctions au coeur d'un État européen: ce député du FPÖ, le parti de la liberté, est depuis 2008 vice-président du Parlement autrichien. 

Le positionnement du FPÖ
Créditée de 26% des intentions de vote aux élections législatives de 2013, cette formation en pleine expansion a opéré depuis 2005 une mue idéologique radicale. En juin 2011, elle a modifié son programme pour inscrire l'Autriche dans une "communauté culturelle allemande". La référence nazie, assumée, avait été gommée par Jörg Haider en 1997.  

Martin Graf est un idéologue, le chef de file de l'aile la plus dure de l'extrême-droite autrichienne. Il est membre d'Olympia , une "Burschenschaft", corporation secrète interdite aux juifs et aux femmes dont les membres sont chargés de véhiculer dans la société, par des biais détournés, des idées néonazies, pangermanistes, antisémites et négationnistes. Ils pratiquent le duel au sabre dans les caves des beaux quartiers de Vienne et se reconnaissent entre eux à la balafre qu'ils se doivent d'exhiber sur une joue. 

Ce vendredi soir, Martin Graf a emmené Marine Le Pen valser au bal traditionnel de ces corporations, une réception fermée à la presse où, chaque année, sont ovationnés des négationnistes. L'information a été confirmée par téléphone à L'Express par l'attaché de presse de Martin Graf. Marine Le Pen était avec le numéro 2 du FN Louis Aliot. Entre 3000 et 5000 manifestants étaient rassemblés devant les portes du bâtiment pour dénoncer le bal. Et elle a dîné avec le numéro 1 du FPÖ, Heinz-Christian Strache. 

Martin Graf prononce un discours devant la Burschenschaft "Olympia", en juin 2009.

Martin Graf prononce un discours devant la Burschenschaft "Olympia", en juin 2009.

REUTERS/Dominic Ebenbichler

"Ce bal fait la fierté de l'extrême-droite dans toute l'Europe, explique Heribert Schiedel, spécialiste du FPÖ. Les participants s'y rencontrent et rentrent chez eux en disant partout: c'est génial que nous puissions nous retrouver dans un tel endroit!" 

Les invités défilent sous les dorures baroques et sur des parquets au vernis impeccable, au son de la musique de Strauss et des cris des opposants restés, avec les caméras de télévision, aux portes du palais.  

Ce bal rengorge l'extrême-droite dans toute l'Europe 

A l'occasion du traditionnel cérémonial d'ouverture, des figures de proue du négationnisme sont ostensiblement applaudies, comme John Gudenus, un ancien membre du FPÖ dont le fils doit porter les couleurs du parti aux prochaines élections municipales à Vienne.  

Bruno Gollnisch, germanophile qui soigne ses contacts en Autriche, est un ami du député autrichien FPÖ Andreas Mölzer, avec lequel il a effectué un voyage au Japon en 2010. Par deux fois, l'élu de Lyon, qui se présente aux législatives en PACA sous l'étiquette du FN, a participé au bal. En 2008, c'est Jean-Marie Le Pen qui en était l'invité d'honneur. 

L'Autriche a déployé un dispositif policier particulièrement important autour de la Hofburg, le palais des Habsbourg, au coeur de la Vienne impériale, où a lieu la soirée mondaine. Il donne sur la Heldenplatz, la place des Héros. Là où, en 1938, Adolph Hitler prononça l'Anschluss, l'annexion de l'Autriche à l'Allemagne. 


A la suite de la publication de cet article, vendredi,le Front national a réagi par le biais du communiqué suivant: "Contrairement à plusieurs informations fantaisistes, Marine Le Pen a été invitée à l'un des plus célèbres et traditionnels bals de Vienne. Les élucubrations répandues par certains médias relèvent de la diffamation pure et simple et se font le relai de l'extrême gauche autrichienne qui depuis des années cherche à faire interdire tous les bals viennois, symboles à leurs yeux du respect des traditions autrichiennes. Participent à ce bal des personnalités et des élus de toutes origines. Des journalistes seront d'ailleurs présents à cette soirée mondialement connue".

 

La réponse de L'Express: Les informations du communiqué du Front National sont fausses. Le bal auquel a participé Marine Le Pen n'est pas l'un des plus célèbres de Vienne. C'est uniquement le plus décrié. L'extrême-gauche autrichienne ne cherche pas à faire interdire tous les bals viennois. Celui-ci en tout cas n'aura plus lieu, après 59 éditions, car la Hofburg refuse désormais de l'accueillir. La tradition des bals à Vienne est appréciée de l'immense majorité de la population autrichienne. Il y a 600 bals par saison à Vienne. Des personnalités et des élus de toutes origines ne participent pas au bal où a dansé Mme Le Pen. Il y avait uniquement des sympathisants d'extrême-droite, protégés par un corridor impressionnant de policiers et des hélicoptères en patrouille. Car dehors, entre 3000 et 5000 personnes dénonçaient la tenue de ce bal. Les journalistes se sont vus interdire l'entrée de la salle. 120 professionnels avaient demandé une accréditation, tous se la sont vu refusés, sauf un journaliste de l'Agence de presse autrichienne, dont le compte rendu est étonnament laconique.  

 

lu sur l'express

 

432112_3162795785862_1144360379_3404119_2125843678_n.jpg

Marine Le Pen dans la valse de Vienne avec les nazis autrichiens, le jour du souvenir de l'holocauste

C'était prévu depuis quelques temps déjà, mais cela n'a été révélé qu'au dernier moment : Marine Le Pen est allé rejoindre un des nombreux bals qui se tiennent à Vienne en cette saison.

Ces bals, où l'on danse dans des habits d'apparats, se déroulent par corporations (par « métiers » organisés en syndicats corporatistes).

Cette tradition, relevant de l'idéologie aristocratique, puis catholique-corporatiste (appelé historiquement l'austro-fascisme), fait partie de la culture nationale-bourgeoise autrichienne ; elle a même été la semaine dernière intégrée dans la liste du « patrimoine immatériel » de l'Autriche par l'UNESCO (la section culturelle de l'ONU).

Mais elle a été enlevée aussi sec, car parmi les bals choisis, il y a un bal qui est celui... des nazis.

C'est à ce bal qu'est allé Marine Le Pen, « en douce » du côté français alors que sa venue est annoncée depuis plusieurs jours dans les milieux ultra-nationalistes et pangermanistes autrichiens.

Car le bal auquel a participé Marine Le Pen est celui des corporations étudiantes pangermanistes, c'est-à-dire pour parler clairement, national-socialiste.

Les personnes s'intéressant à l'histoire de l'Autriche peuvent consulter notre document « Fascisme et concurrence au sein de la bourgeoisie : schéma général de l’exemple autrichien. »

Sinon, pour faire court, la bourgeoisie autrichienne est divisée en deux fractions faisant face à la social-démocratie (qui elle a toujours contrôlé la ville ouvrière de Vienne, appelée ainsi « la rouge »).

La première fraction est catholique-cléricale, c'est l'austro-fascisme ; la seconde est pour le rattachement à l'Allemagne et soutient l'idéologie national-socialiste.

L'Autriche est dominée depuis 1945 par un compromis entre social-démocratie et les catholiques-cléricaux, mais la fraction national-socialiste a toujours été d'une force extrême.

Leur culture passe par des corporations étudiantes, qui fonctionnent comme des clubs de pensée et d'influence pangermaniste – national-socialiste.

Pour les intégrer, il faut bien entendu être « aryen » et passer par une étape obligée : un affrontement à l'épée, où les mains et le visage ne sont pas protégés.

Les cicatrices au visage font ainsi partie des signes de reconnaissance de l'appartenance historique à ces corporations, dont les traditions se perpétuent bien après les études, dans des clubs de « vieux monsieurs » qui forment le noyau dur de l'appareil idéologique national-socialiste.

Cet appareil n'est pas officiel car le national-socialisme et le pangermanisme sont interdits en Autriche, mais de par leur caractère grand bourgeois, cet appareil est absolument intouchable.

C'est l'un de ces « vieux messieurs » qui a invité Marine Le Pen à venir. Ancien de la corporation « Olympia », Martin Graf est l'un des principaux dirigeants de la formation d'extrême-droite FPÖ (qui peut tabler grosso modo sur un ¼ des voix aux élections).

Et il est la grande figure de l'extrême-droite du FPÖ...

Il n'aura pas le seul « ultra » au bal, puisqu'il s'agit d'une fête énorme de l'extrême-droite européenne, se déroulant d'ailleurs dans le plus grand palais historique de la monarchie autrichienne, la Hofburg, en plein centre de la ville, donnant d'ailleurs sur « La place des héros » qui est l'endroit où Hitler a tenu son discours après l'annexion de l'Autriche (« l'anschluss »).

Le Front National a tenté de se dédouaner dans un communiqué faisant suite à divers articles dans la presse française (qui a réagi promptement non pas tant par antifascisme que par tradition anti-allemande et anti-autrichienne).

Voici le communiqué du Front National :

Communiqué de Presse du Front National

Contrairement à plusieurs informations fantaisistes, Marine Le Pen à été invitée à un des plus célèbres et des plus traditionnels bals de Vienne. Les élucubrations répandues par certains médias relèvent de la diffamation pure et simple et se font le relais de l’extrême gauche autrichienne qui depuis des années cherche à faire interdire tous les bals viennois, symboles à leurs yeux, du respect des traditions autrichiennes. Participent à ce bal des personnalités et des élus de toutes origines. Des journalistes seront d’ailleurs présents à cette soirée mondialement connue.

Mais là où le Front National montre sa mauvaise foi (et la presse française son faux anti-fascisme), c'est par l'oubli que le 27 janvier est en Europe la journée de la mémoire de l'Holocauste (Auschwitz a été libéré par l'armée rouge le 27 janvier 1945). D'ailleurs, en Autriche, jamais la mobilisation n'a été aussi grande contre le bal des corporations, pour cette raison même.

Même les représentants officiels de la communauté juive, pourtant institutionnalisés, sont montés au créneau, et l'année prochaine le bal devra changer d'endroit (il y était depuis 1987, et existe depuis le lendemain de la seconde guerre mondiale impérialiste).

Certains pourront se demander alors pourquoi Marine Le Pen est allée à ce bal ? Officiellement, elle est allée en Autriche pour rencontrer des représentants de l'extrême-droite européenne (voir le communiqué du FN en annexe en bas de l'article).

Mais en fait, elle donne un signe très fort. De la même manière que Sarkozy est en relation avec Merkel pour un couple franco-allemand au sein de l'Union Européenne, Marine Le Pen montre qu'elle est pour un couple franco-allemand semi-indépendant et en-dehors de l'Union Européenne.

Marine Le Pen est l'envoyée de la bourgeoisie impérialiste française, en rupture claire ici avec la bourgeoisie traditionnelle. Aucun représentant de la bourgeoisie traditionnelle française n'est prêt à pactiser avec les ultras-impérialistes d'Allemagne et les pangermanistes d'Autriche.

Ceux qui ne voient pas en Marine Le Pen une réelle menace fasciste – soit toute l'extrême-gauche anarcho-trotskyste qui revendique ouvertement sa posture pro-syndicats et anti-antifasciste – sont totalement aveugles sur ce qui se passe.

Car la nature des soirées « rally » de la bourgeoisie (surtout parisienne) valent bien, de par leur dimension « ethniste » et idéologique, la logique de l'extrême-droite pangermaniste. Rien n'est plus absurde que de se moquer du caractère numériquement petit de l'extrême-droite, car derrière il y a toute une idéologie qui se diffuse et dans des milieux très fermés et très motivés. La haute bourgeoisie n'est pas dilettante quand il s'agit de ses intérêts !

La petite manifestation antifasciste contre le bal des corporations à Vienne n'aura d'ailleurs rassemblé que quelques centaines de personnes, les médias ayant balisé le terrain alors que ce sont les unités anti-terroristes qui encadraient le cortège (dans la tradition locale!).

L'antifascisme autrichien est empêtré dans une démarche petite-bourgeoise, universitaire et intellectuelle (notamment « queer ») alors que les masses sont bombardées par une ligne de masses d'extrême-droite (les quartiers populaires étant historiquement des bastions de l'idéologie ultra-populiste et marqués par la présence locale traditionnelle des groupes nazis).

 

Ce qui ne l'empêche pas de chercher une voie moderne et populaire. Ainsi, la soirée post-manifestation aura certainement un bon son, avec une flopée de DJ experts en leur domaine et un slogan communiste sympathique (et en français dans le texte) : « des rues de sucre à Vienne. »


Le lendemain (soit aujourd'hui), des antifascistes feront une visite guidée de la présence des corporations à Vienne pendant presque trois heures. Et le site du bal des corporations a été piraté, avec un drapeau communiste et l'hymne soviétique jouant en boucle.

Cependant, cela ne compense pas l'absence d'idéologie prolétarienne, et cela rend l'antifascisme dépendant de la social-démocratie, qui devient le dernier rempart face au vote massif pour les catholiques-cléricaux et l'extrême-droite pangermaniste.


Annexe: le premier communiqué du FN

"Marine Le Pen se rend à Vienne ce vendredi 27 janvier, à l’invitation du Parti autrichien de la Liberté (FPÖe) et de l’Alliance européenne pour la Liberté (EAF). Elle rencontrera sur place différentes personnalités politiques ainsi que des leaders de mouvements patriotiques en Europe. Elle se rendra ensuite à l’Assemblée nationale d’Autriche où elle sera reçue par l’un de ses présidents ainsi que par le groupe parlementaire du FPÖe.

Marine Le Pen a adhéré à l’Alliance Européenne pour la Liberté en octobre dernier. Cette plateforme paneuropéenne a été fondée fin 2010 et malgré son opposition à l’Union européenne, telle qu’elle se construit aujourd’hui, a été reconnue par le Parlement européen. Les membres de cette Alliance sont issus des rangs des mouvements à la pointe du combat patriotique et souverainiste aujourd’hui.

Sont représentés par exemple le FPÖe autrichien de Heinz-Christian Strache, l’UKIP britannique de Nigel Farage, ainsi que d’autres mouvements originaires de Suède, de Flandres, de Malte, et d’autres à venir. Cette invitation démontre le rayonnement politique et médiatique de notre candidate au-delà de nos frontières et dont de plus en plus de Français se rendent compte aujourd’hui.

À l’issue de cette journée, Marine Le Pen se rendra au bal du palais impérial du Hofburg, à l’invitation de Heinz-Christian Strache, président du FPOe."

lu sur voie lactée

Publié dans antifa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article