Les Anonymous, première forme d’intelligence collective ?

Publié le par nidieuxnimaitrenpoitou.over-blog.com

Il faut bien l’avouer, Wikipedia comme démonstration de l’intelligence collective, ça ne m’a jamais convaincu. Triomphe de la collaboration intelligente, sans aucun doute, mais dans le fond, rien de bouleversant. La somme des parties qui ont fait Wikipedia est largement supérieure au tout, en ce sens que si l’on rassemblait tous les esprits qui ont fait Wikipedia, ont pourrait, finalement, faire bien plus.

 

Les Anonymous, eux, offrent une autre forme de phénomène collectif. On s’y sépare de son identité, comme souvent sur Wikipedia, mais contrairement à cette dernière, on n’use pas d’une identité virtuelle pour participer à l’effort collectif, on partage une seule identité avec le groupe. Plus de eRéputation, mais des jeux d’influences et des dynamiques de groupes fascinantes qui donnent naissance à quelques chose de radicalement nouveau.

 

 

 

 

 

Après avoir joué les vandales et les manifestants bruyants, les Anonymous évoluent dans leurs forme d’action, au fur et à mesure que le groupe initial s’étoffe de nouvelles recrues, et (très) visiblement, de nouvelles compétences.

 

Ces derniers temps, des tacticiens semblent s’être joints au groupe, ainsi que des professionels des arts graphiques. Flood de fax sur les responsables des sociétés qui ont banni Wikileaks, ou immense jeu de copier coller et de commentaire des contenus du Cablegates aux quatres coins du «web 2.0» afin de rendre définitivement toute censure invraisemblable (quelque chose de bien plus proche de l’esprit initial de Wikileaks, prévu pour être collaboratif, lors de son lancement en 2006). Mais aussi, apparition de clips de plus en plus léchés, fait par des pros, ou des amateurs de haut niveau, comme le clip traduit au bas de ce billet.

Les Anonymous vont de pair avec la société de la transparence (ou dictature, ça dépend de quel coté vous vous placez). Ils sont l’incarnation de la volonté non pas (encore ?) d’un peuple (sans parler qu’ils n’ont pas de nation autre qu’internet), mais d’un magma d’identités fondues en une seule, qui se revendiquent comme un tout, et ce tout est capable de choses que la somme des parties ne saurait faire : manifester aux yeux du monde entier, et dans ce clip, célébrer l’inévitable arrivée de l’ère de la transparence.

It is inevitable, Mister Anderson

Si le propre d’une forme d’intelligence est d’évoluer en fonction de son environnement pour s’y adapter et y proliférer, et surtout de créer des objets culturels qui font acte de communication, alors on a bien à faire là à une forme d’intelligence, et il ne fait aucun doute qu’elle soit collective.

C’est le premier phénomène socio-culturel qui soit propre au XXIe siècle, propre à cette génération qui a construit son identité sur Facebook et qui l’ôte pour aller de l’autre coté du miroir, dans un monde compris par si peu d’adultes qu’on y est à l’abri. Un monde où, nécessairement, se construit la société de demain (en tout cas une partie), de nouveaux idéaux, de nouvelles luttes.

Les Anonymous sont bien partis pour être un phénomène majeur, au même titre que Facebook, avec des répercussions culturelles, sociales et politiques d’une amplitude considérable. Un composant de la société civile de demain, et de toutes évidences, un garant de certains droits fondamentaux, ou en passe de le devenir.

(update: correction orthographe et traduction des ‘meme’ en français)

 

 

Corrupt governments of the world, we are anonymous.
Gouvernements corrompus de par le monde, nous somme les Anonymous


For some time now, voices have been crying out in unison against the new ACTA laws.
Depuis quelques temps déjà, des voix se sont élevées à l’unisson pour dénoncer ACTA.


The gross inadequacies of the new laws being passed internationally have been pointed out repeatedly.
La grossière inadaptation de ces nouvelles lois qui sont votées partout dans le monde a été dénoncée de façon répétée


Our chief complaint is that such measures would restrict people’s access to the internet.
Notre principal reproche est que de telles mesures restreindraient l’accès du peuple à internet


In these modern times access to the internet is fast becoming a basic human right.
En ces temps modernes, l’accès à l’internet devient rapidement un droit de l’homme fondamental


Just like any other basic human right, we believe that it is wrong to infringe upon it.
Comme tout droit de l’homme fondamental, nous pensons qu’il est mauvais de le violer


To threaten to cut people off from the global consciousness as you have is criminal and abhorrent.
Menacer de couper quelqu’un de la conscience globale comme vous l’avez fait est criminel et abject.

Il est possible de voir dans l’utilisation du terme ‘global consciousness’ une allusion à un projet de techno-parapsychologie initié à l’Université de Princeton en 1998.


To move to censor content on the internet based on your own prejudice is at best laughably impossible, at worst, morally reprehensible.
Passer à la censure des contenus sur internet sur la base des seuls préjudices qu’ils pourraient vous causer est au mieux risible, au pire moralement répréhensible.

Le coté « risible » de la ‘solution’ de la censure tient au fait que les individus à l’origine du message raisonnent sur la logique du réseau qu’ils comprennent de façon instinctive. La censure absolue, tout comme la sécurité absolue, sont des impossibilités absolues sur internet, du fait même des lois inscrites dans son génome. Les plus curieux peuvent jeter un oeil à ce billet pour comprendre le pourquoi du comment. Cet autre billet vous permettra de mesurer à quel point il est de toutes façons trop tard pour envisager la sécurité comme une solution.
Vous aurez par ailleurs noté le visuel d’émeutes place de la Bastille pour illustrer le propos sur la coupure d’accès à Internet. Signature de l’origine du message ou simple reconaissance meta-nationale à la place de choix qu’occupe notre beau pays dans la lutte qui s’annonce ?


The unjust restrictions you impose on us will meet with disaster and only strengthen our resolve to disobey and rebel against your tyranny.
Les restrictions injustes que vous nous imposez provoqueront un désastre et ne feront que renforcer notre résolution à désobéir et à nous rebeller contre votre tyrannie.

Such actions taken against you, and those you out source your malignant litigation too, are inevitable, unavoidable and unstoppable.
Les actions prise envers vous, ainsi qu’envers ceux avec qui vous faites vos affaires putrides, sont inévitable, nécessaires, et impossibles à stopper.

Même remarque, si vous ne comprenez pas pourquoi ceci est inévitable et impossible à stopper, lisez ce billet , pour ce qui est d’être nécessaire, je vous laisse juger.


We Are Anonymous,
Nous sommes les Anonymous


We Are Legion And Divided By Zero.
Nous sommes légion et divisé par nul

« We are divided by zero » : cette expression souligne le danger représenté par les Anonymous (e.g. si vous divisez quoi que ce soit par zero dans un programme, vous le faites planter). En affirmant que Anonymous est « divisé par zéro », on image ainsi sa capacité à être à l’origine d’un plantage général du programme. Tout comme le concept de la fuite d’Assange est un social hack, l’idée ici est d’illustrer cette possibilité que les Anonymous soient, eux aussi, un social hack, thèse à laquelle je souscrit totalement, sans nécessairement y voir une intention, contrairement au social hack introduit par Wikileaks.


We Do Not Forgive Internet Censorship
Nous ne pardonnons pas la censure de l’internet


And We Do Not Forget Free Speech.
Nous n’oublions pas la liberté de parole.


We Are Over 9000,
Nous sommes plus de 9000

« We are over 9000″ est un « meme », qui signifie « nous sommes nombreux ». J’ai tendance à y ajouter « et sur le point de connaitre une croissance exponentielle ». Je vous laisser consulter l’encyclopédie du meme pour vous faire votre propre idée (via @Michael)

 

 

 

 

 


Expect Us!
Attendez-vous à nous !
 

 


Publié dans surveiller et punir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article