La messe en latin mais "sans polémique" (sic)

Publié le par nidieuxnimaitrenpoitou.over-blog.com

 


L'abbé Philippe Laguérie a accueilli une soixantaine de fidèles, hier,
pour la première messe traditionaliste qu'il célébrait à Migné-Auxances.
L'abbé Philippe Laguérie face aux fidèles et en français pendant l'homélie... plavaud
L'abbé Philippe Laguérie face aux fidèles et en français pendant l'homélie...
plavaud
... de dos et en latin pendant le reste de la messe. (Photos Patrick Lavaud)

Pas de crâne rasé à l'horizon, ni de fleur de lys à la boutonnière. La soixantaine de fidèles qui a assisté, hier matin, à la messe en latin célébrée par l'abbé Laguérie, à Migné-Auxances (*), n'avait pas l'air d'une horde d'intégristes. Des jeunes et des vieux, des familles avec (très) petits enfants, sagement habillées comme un dimanche, mais pas plus en bleu marine ou vert sapin que dans une autre paroisse. « J'assiste habituellement à la messe en latin de Montbernage, explique Grégoire, venu de Poitiers-Ouest. Je suis venu ici ce matin pour souhaiter la bienvenue à l'abbé Laguérie. » Fidèle du rite tridentin elle aussi, « parce que la prière y a plus de place », Christelle regrette cependant que « La Rivardière » « ne soit pas une vraie chapelle »

... de dos et en latin pendant le reste de la messe. (Photos Patrick Lavaud)
... de dos et en latin pendant le reste de la messe.
(Photos Patrick Lavaud)

Pas de controverse, non plus, dans l'homélie prononcée (en français) par chef de file des catholiques traditionalistes. « Ici vous n'entendrez pas de polémique, je ne parlerai que de l'Évangile », a promis Philippe Laguérie, autant à l'attention de ses ouailles qu'à celle des journalistes qui avaient fait le déplacement. « Je m'installe ici, je suis prêtre et je dis la messe en latin, selon le rite que je pratique depuis plus de trente ans, a-t-il ajouté. Cette chapelle est modeste, mais elle existe. »


"Si vous avez
des bancs ou
des prie-Dieu
je suis preneur"


L'abbé a appelé les fidèles à apporter leur concours à cette installation: « Si vous avez des bancs, des prie-Dieu, voire un orgue électronique? Je suis preneur, gratuitement bien sûr, car on est fauché... » Il a offert également ses services pour le catéchisme « des enfants et des adultes » et pour l'enseignement du chant grégorien. A l'heure du kir qu'il offrait après la messe, l'abbé Laguérie était tout sourire: « La salle était comble, je suis ravi. Ça veut bien dire qu'il y a une réelle demande pour le rite traditionnel. » Une demande qu'il se dit naturellement tout prêt à satisfaire. Mais sans polémique, bien sûr...


(*) Ancien curé « lefebvriste » de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, fief intégriste parisien, l'abbé Philippe Laguérie, 58 ans aujourd'hui, s'est rallié à Rome en 2006 et a fondé l'institut du Bon-Pasteur, dont il est le supérieur général. Il s'est installé dans une ancienne résidence services privée, au lieudit « La Rivardière », dont il entend faire un lieu de retraite spirituelle.



 
Philippe Bonnet
lu sur centre presse

Publié dans antifa

Commenter cet article