La fin de la culture de la grève en France?

Publié le par nidieuxnimaitrenpoitou.over-blog.com

L'aéroport Gatwick de Londres Luke MacGregor / Reuters

Pour de nombreux observateurs à l'étranger, la France a la réputation, à tort ou à raison, d'être le pays au monde où les salariés sont les plus prompts à faire grève et où ils le font avec le plus de légéreté, une vraie culture de la grève comme moyen usuel ou presque pour résoudre les conflits sociaux. Le très sérieux Time Magazine américain s'étonne de la tolérance et même du soutien de la population aux mouvements de grève tandis que dans le même temps moins de 10% des salariés du pays sont syndiqués.

Mais pour le magazine américain, cela est peut-être en train de changer à voir ce qui se passe aujourd'hui dans les aéroports avec la grève du personnel de sécurité qui entre dans son huitième jour. Il s'étonne que soudain Nicolas Sarkozy ait décidé de jouer les briseurs de grève en déployant les forces de police pour effectuer le travail des grévistes qui appartiennent à des sociétés privées «en violation des lois françaises garantissant le droit de grève».

Au-delà des arguments des grévistes qui estiment être sous-payés et des employeurs qui affirment ne pas être capables de répondre à la demande d'une augmentation de salaire mensuelle de 200 euros, l'intervention du gouvernement dans le conflit «aura peut-être des conséquences plus larges sur les lois du travail en France».

En l'absence de réactions très vives syndicales et politiques à l'envoi des forces de l'ordre dans les aéroports, Nicolas Sarkozy pourrait pousser son avantage et faire monter, dans la perspective de l'élection présidentielle de 2012, à nouveau une polémique sur le droit de grève et le service minimum dans les transports.

L'intention du gouvernement qui dénonce «la prise en otage des usagers» est d'étendre au transport aérien la loi de 2007 sur le service minimum dans les transports terrestres. Une proposition de loi en ce sens du député UMP Eric Diard sera examinée à l'Assemblée nationale le 24 janvier 2012. Les salariés du transport aérien devront prévenir leurs employeurs quarante-huit heures à l'avance de leur intention de se mettre en grève, et les usagers seront informés vingt-quatre heures à l'avance de l'état du trafic.

Pour Time Magazine, il est assez facile d'imaginer que cette logique puisse s'étendre à de nombreux autres secteurs d'activité et change la pratique française en matière de grève. Le magazine souligne aussi que la loi est une chose et la pratique parfois une autre et que l'impopularité de Sarkozy et la capacité des Français à se mobiliser massivement comme l'a montré le mouvement contre la réforme des retraites ne vont pas disparaître du jour au lendemain. La culture, cela ne s'efface pas d'un revers de main.

 

article du times relayé sur slate

Commenter cet article