Kadhafi et Ahmadinejad dénoncent les "violences" en Grande-Bretagne

Publié le par nidieuxnimaitrenpoitou.over-blog.com

Les leaders libyens et iraniens ont tous les deux dénoncé la « répression » policière des émeutiers en Grande-Bretagne, Ahmadinejad allant même jusqu'à réclamer une intervention du Conseil de sécurité de l'ONU.

Les policiers britanniques sont la cible de Kadhafi et d'Ahmadinejad
Les policiers britanniques sont la cible de Kadhafi et d'Ahmadinejad SIPA

C'était une occasion qu'ils ne comptaient pas rater, pas lorsque l'un de leurs « ennemis » voit son propre sol devenir le théâtre de violences urbaines. Mouammar Kadhafi et Mahmoud Ahmadinejad ont dénoncé, mardi, la « répression » policière après les émeutes qui agitent la Grande-Bretagne depuis samedi. Albion flambe et la situation n'est pas pour déplaire aux deux dictateurs. 

Le premier d'entre eux, bombardé par la Grande-Bretagne depuis la mi-mars, apprécie visiblement l'ironie de la situation qu'il juge, de son point de vue, comparable. Tripoli entendait mater la rébellion mais l'Otan, et donc Londres, est intervenue pour « sauver » les opposants. Dans l'esprit malade de Kadhafi, la situation est semblable en Grande-Bretagne. 

Par la voix de son vice-ministre aux Affaires étrangères, Tripoli a demandé le départ du Premier ministre, David Cameron. « Cameron et son gouvernement doivent partir après les manifestations populaires contre eux et la violente répression exercée par sa police contre ceux qui ont participé à ces manifestations pacifiques », a déclaré Khaled Kaaim, estimant que « Cameron et son gouvernement ont perdu toute légitimité ».  

Crimes

Même son de cloche du côté iranien. Téhéran avait bien réprimé dans le sang les manifestations qui avaient émaillé 2010. À cette époque, la communauté internationale avait vivement réagi, dénonçant les agissements du régime de Mamoud Ahmadinejad. Aussi ce dernier réclame-t-il la même réaction pour la Grande-Bretagne. 

Fustigeant « le comportement sauvage de la police britannique », Ahmadinejad a demandé – sans rire - au Conseil de sécurité de l'ONU d'intervenir. « Au lieu d'adopter un tel comportement, les dirigeants britanniques feraient mieux de se tenir aux côtés de la population (...) et de l'écouter. Au lieu d'envoyer des troupes en Irak, en Afghanistan, en Libye pour piller le pétrole, ils feraient mieux de penser à leur population », a-t-il conseillé. 

Et le leader iranien de dénoncer le « silence » de l'ONU. « Si un centième de ces crimes avaient été commis dans un pays hostile à l'Occident, les Nations unies et les organisations qui prétendent défendre les droits de l'homme auraient vociféré », a jugé Mamoud Ahmadinejad.


Publié dans insolite

Commenter cet article