Billet d'humeur du vendredi 23 septembre 2011 (Les liens néo- nazi via serge Ayoub des identitaires du Nord-pas-calais)

Publié le par nidieuxnimaitrenpoitou.over-blog.com

En ce vendredi 23 septembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? En prévision de la manifestation anti raciste du 8 octobre à Lille qui intervient en réponse à la manifestation nationale des fascistes qui se déroulera le même jour à Lille. Nous allons vous prouvez que les propos des identitaires de la Vlaams-Huis, Opstaan et autre Artesienne qui se déclare 100% identitaire et 0% fasciste ne sont que pure foutaise. Car ces derniers et depuis le début on fait allégeance à Serge Ayoub et sa 3eme voie via la charte autonomie nation (voir ci-dessous).

 
Mais qui est donc ce Serge Ayoub qui ce permet encore hier via You tube de faire son Mussolini de poche  devant les cameras (voir vidéo ci-dessous). Vidéo qui d'ailleurs est visible aussi sur le site de la Vlaams-Huis.
Serge Élie Ayoub est né le 29 octobre 1964  à Bagnolet, il grandit dans une famille d'origine libanaise et étudie au lycée catholique Saint-Sulpice. Il découvre à l'âge de quatorze ans le milieu skinhead à l'occasion d'un séjour linguistique en Angleterre et décide de rejoindre cette mouvance d'extrême droite devenant « Batskin » en raison de l'utilisation fréquente qu'il faisait des battes de baseball lors des affrontements physiques avec ses adversaires politiques notamment lors d'un affrontement au lycée Charlemagne de Paris . Très actif durant les années 1980 avec sa bande de skinheads d'extrême droite appelée « le Klan » et ayant pour symbole une rune rouge (d'où l'appellation « poissons rouges » qui leur était donnée), il tente de devenir le leader des hooligans du Parc des Princes, « supporters » du PSG, afin de les politiser, avec le Pitbull Kop, sans véritable succès. Il fonde ainsi en 1987 les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) et s'inscrit comme étudiant à l'Université de Paris VI (Jussieu) où il aurait été coutumier des affrontements avec les divers groupes antifascistes, dont le plus connu est les Red Warriors. Les JNR furent médiatisées dans les années 1980-1990, notamment du fait de la violence de leur engagement, et Serge Ayoub fit plusieurs apparitions télévisées lors de débats ou de reportages. Après avoir été associées à Jean-Gilles Malliarakis, dirigeant du Mouvement nationaliste révolutionnaire, puis de Troisième voie, les JNR s'en dissocient dès 1989, à la suite de la « droitisation » de ce dernier. Par la suite, Il ouvre plusieurs boutiques de fanzines et d'accessoires pour skinheads d'extrême droite comme Dark Side (dans le 14e arrondissement), qui fut dynamitée fin 1993, puis une autre, Dark Lords (cette fois dans le 15e), qui fut fermée par décision préfectorale en mai 1994, à la suite de la manifestation marquée par la mort du militant nationaliste Sébastien Deyzieu. La même année, le 19 janvier, il est condamné avec Joël Giraud et Éric Rossi à 8 mois de prison avec sursis après l’attaque d’un groupe de jeunes le 22 avril 1990, ainsi que pour l'agression de Karim Diallo à Paris en 1990 sous l'œil des caméras de la Cinq.  En 1993, il se présente aux élections législatives où il obtint 0,17 % des voix puis après un séjour de neuf mois en prison pour trafic de stéroïdes (il fut en effet arrêté lors d'un festival de bikers pour possession de métamphétamine d'origine japonaise, comique pour un monsieur qui se dit les mains propres), il s'éloigne de l'action politique et dit avoir travaillé plusieurs années à l'étranger, au Salvador, en Lituanie et en Russie.
À l'été 2006, il réapparait et ouvre à Paris un bar (Le Garage), dans le quartier d'Oberkampf (11e arrondissement) et déclare évoluer désormais dans le milieu Biker. Mais il participe les 8 et 9 septembre 2007 à l'université d'été du mouvement Égalité et Réconciliation, présidé par Alain Soral, dont il s'éloigne pourtant rapidement, en raison d'un désaccord avec les vues de Soral sur l'immigration. Déclarant avoir décidé de fermer Le Garage pour se concentrer sur une activité plus politisée, il a lancé en 2007 la « Société des Égaux » ainsi que « Le Local »,monté avec l'aide de Frédéric Chatillon, ancien responsable du GUD dans les années 1990, et la participation initiale d'Alain Soral , un bar situé au 92 de la rue de Javel et se présentant comme un espace de rencontre associatif pour les « nationaux “des deux rives” ». Des conférences sur l'histoire et l'actualité y sont régulièrement organisées, avec des invités tels que Jean-Paul Gourévitch, Pierre Sidos, Pierre Hillard, François-Bernard Huyghe (membre de l’Institut de relations internationales et stratégiques et proche des cercles chevènementistes), Pierre-Yves Rougeyron (fondateur du Cercle Aristote), Guillaume de Tanoüarn de l’Institut du Bon-Pasteur, Michel Drac, spécialisé en économie, Romain Bessonnet, spécialiste de la Russie (ancien du Parti communiste et membre du MRC), Jean-Marie Vianney Ndagijimana (ancien ambassadeur du Rwanda en France, ex-ministre des Affaires étrangères et opposant à Paul Kagame), Véronique Hervouët (psychanalyste et spécialiste des « fondements archaïques de la crise identitaire »), David Mascré (directeur des études de l’Institut de recherches indépendant pour l’éducation (IRIÉ) et auteur de l'ouvrage Des barbares dans la cité) ou encore Maurice Gendre (rédacteur à B.I et encarté au Parti ouvrier indépendant) et le philosophe post-marxiste Denis Collin. Le 28 juin 2008, à l'occasion d'une French Pride organisée au Local, Serge Ayoub y reçoit Marine Le Pen et les blogueurs influents de la « réacosphère »et cette même année après avoir fini sa collection de oui-oui, il a publié chez Scribedit un premier roman  « Conte barbare ».En avril 2009, Philippe Goujon, maire UMP du 15e arrondissement, a annoncé vouloir obtenir la fermeture du bar. Qui malheureusement existe toujours.
Le 13 mars de cette même année, il diffuse sur Dailymotion un documentaire en cinq parties intitulé Sur les pavés, retraçant ses années skinhead et se présentant comme une réponse au DVD Antifa chasseurs de skins, réalisé l’année précédente par Marc-Aurèle Vecchione. En octobre 2010, il lance le réseau syndical « Troisième voie, pour une avant-garde solidariste ». Et en janvier 2011, il participe avec le groupuscule Front comtois à une réunion au sujet du combat nationaliste, à Montbéliard. Enfin en mai 2011, il copréside le Comité du 9-Mai initialement prévu pour entretenir la mémoire de Sébastien Deyzieu, ce défilé a rassemblé à Paris environ 700 personnes de diverses mouvances nationalistes contre le « mondialisme » célébrant aussi la mémoire de Jeanne d’Arc. Pauvres Jeanne !!!
Pour finir de décrire ce triste personnage vous trouverez ci-dessous un reportage sur ce pisse vinaigre  ou il fanfaronne sont nazisme à peine dévoilé.

 


 
 

 


 

 



Alors messieurs de la  de la vlaams-huis, opstaan et autre Artésienne, arrêtés de vous cacher derrière votre paravent d’identitaire et appelons un chat un chat et un chien un chien, en faisant allégeance à serge Ayoub qui est co-organisateur de votre manifestation « solidariste » du 8 ( rien que le nom « solidariste » dans votre bouche nous amuse) vous montrez votre visage de néo-nazi. Ayez au moins le courage de vous prémunir  de votre juste nomination.
Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!

Publié dans antifa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article